Un climat de délation

La LICRA a créé un site »caniveau.ch » qui permet à n’importe qui de se transformer en délateur et en censeur  de tout propos qu’il considérerait comme raciste ou antisémite. De façon identique , le site « balancetonporc » recueille, pêle-mêle, tous les témoignages de femmes victimes de harcèlements selon des critères définis par elles seules. Ainsi une meute de justiciers auto proclamés de la Bien-pensance peuvent jeter l’opprobre sur n’importe qui  et le clouer au pilori  au mépris de toute procédure judiciaire. Pourrons-nous encore critiquer la politique expansionniste d’Israël  ou complimenter une jeune personne pour sa beauté sans que notre nom ne soit marqué par le sceau de l’infamie ? Une certaine presse va se vautrer dans les fanges du sensationnalisme et encourager la délation. En l’absence de tout curseur propre à définir les limites, les déclarations rétroactives, les interprétations tendancieuses et les amalgames vont fleurir. Cette nouvelle Inquisition basée sur la délation engendrera  la censure , la défiance de l’Autre et le délitement du Vivre Ensemble.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                      Conches , le 5 novembre 2017

La diplomatie américaine

Les attentats de Barcelone

Alors que l’auteur de la tuerie est en fuite et que son identité et ses motivations relèvent de suppositions, les enquêteurs bâtissent un scénario autour d’une cellule terroriste de douze personnes . Pourquoi écartent-ils  l’hypothèse d’un psychopathe solitaire qui loue une camionnette et fonce dans la foule ? Quels liens trouvent-ils avec le groupe de « terroristes » de Cambrils ? Pourquoi ceux-ci ont-ils été tous abattus alors qu’une vidéo montre la reddition de l’un d’eux ? Comment expliquer la destruction totale de leur maison ? Comment peut-on porter crédit aux revendications tardives du site de propagande de l’EI, étrangement protégé (ou noyauté) par nos services ? Elles permettent le montage d’un scénario où tous les acteurs sont morts ou en fuite et où les indices matériels sont détruits. La désignation d’un ennemi extérieur permet d’exonérer  notre société de la responsabilité de la déviance d’individus violents et psychopathes. La plupart de ceux-ci n’ont jamais fréquenté la mosquée, boivent du vin, consomment de la drogue et rêvent de voitures de luxe. Nos gouvernements préfèrent accuser la nébuleuse islamiste pour renforcer la surveillance et les mesures sécuritaires. Celles-ci soutiennent  aujourd’hui des pans entiers de l’ économie et de l’administration ; armée, police, industries d’armement, services de sécurité et cellules antiterroristes qui entretiennent la peur pour justifier leur activité. Cette politique de l’état d’urgence ne sert qu’à alimenter la spirale infernale de la défiance de l’Autre et est le ferment de la dérive des « Paumés » de la société.
Daniel Fortis
1231 Conches                                                                                                        Genève, le 20 août 2017

1899 – 2016

1899-2016En 1899, les autorités genevoises ont organisé un concours pour la construction d’un musée d’Art et d’ Histoire. Quarante-sept architectes ont répondu à cet appel. Le projet primé de Marc Camoletti était accompagné par un dessin de jardins-terrasses à la française sur la butte de l’Observatoire qui descendait par palier jusqu’au niveau de la rue Ferdinand-Hodler (voir le dessin).

La remarquable situation du Bastion Saint-Antoine (dans l’alignement du jet d’eau et du Rond- Point de Rive) a naturellement inspiré le talentueux architecte qui a immédiatement vu le potentiel de cette articulation entre la Basse-ville et la Vieille-Ville.
Actuellement, ce potentiel est sous-exploité . La Butte, peu attractive, obstrue la visibilité du musée, occulte les admirables perspectives urbaines et ferme toutes les liaisons. Pour relancer le projet de rénovation du MAH, il conviendrait que nos autorités initient un concours ambitieux, visionnaire et mobilisateur pour faire émerger des projets enthousiasmants en intégrant la valorisation de la Butte. Genève en  aura-t-elle l’audace en 2016 ? Pour ma part, j’aurais essayé.

new 1899-2016
Daniel Fortis                                                                                    1231 Conches

Des comparaisons dérangeantes

En préambule

Mon article est une analyse comparative de scientifique entre deux tragédies que tout sépare. Mon analyse « froide » ne porte que sur les aspects techniques des incendies et de leurs conséquences matérielles. Il m’a été reproché  de verser dans le « complotisme » en éludant la souffrance humaine. C’est justement , au nom des victimes et de ceux qui restent dans la souffrance, qu’il faut rechercher la vérité . Il ne faut pas se contenter d’explications approximatives et d’apitoiement ostensible.

 

Article

Les images dramatiques de l’incendie de Londres, le 14 juin, ravivent le douloureux souvenir des attentats du 11 septembre 2001. Ce jour-là,  deux tours de 120 étages se sont effondrées et pulvérisées en quelques secondes après des incendies délimités qui ont duré une heure après l’impact des  avions. Dans l’après-midi de ce même jour, un troisième immeuble de 46 étages, le World Center 7 , a subi ( sans avoir été atteint par des avions) , de façon inexpliquée, des feux ponctuels dans divers étages. A 17h 25, cet immeuble,  s’est pulvérisé en 7 secondes (à la vitesse de la chute libre) dans un effondrement symétrique et centralisé. La stupéfiante conclusion de l’enquête de l’administration américaine est que « l’effondrement est dû aux incendies ».

Ce qui s’est passé à Londres le 14 juin nous apporte la preuve que cette conclusion est une ineptie. Alors que les 27 étages de l’immeuble londonien se sont transformés en une immense torche ardente pendant toute une nuit, le lendemain, la structure entièrement calcinée était intacte. Cela confirme que, depuis que l’Homme construit des immeubles en béton et en acier, il n’existe pas un seul cas dans le monde où un incendie a eu comme conséquence un effondrement total  en quelques secondes. La communauté scientifique et , plus particulièrement, les ingénieurs civils et les spécialistes en démolition assistée ne sont pas dupes. Ils savent qu’une intervention extérieure a provoqué l’effondrement du World Center 7. Cependant, ils se taisent car ils craignent la mise au ban et l’opprobre général réservés aux « complotistes ». En effet, il ne faut pas toucher au mythe fondateur de la nouvelle forme de gouvernance planétaire appelée la terrocratie.

 

Daniel Fortis – ingénieur civil EPFZ

1231  Conches                                                                                        Genève,  le 17 juin 2017

 

Macron, l’extraterrestre

Pratiquement inconnu il y a une année, la planète entière s’est entichée de cet extraterrestre  dont personne ne sait qui il est, d’où il vient et où il va . Il a pulvérisé  la sphère politique française et muselé et soumis la machine médiatique. Jeune, pragmatique, brillant orateur, polyglotte, faisant varier des déclarations théâtralement hystériques et des déclarations de sagesse doctorale, il a mis tout le monde dans sa poche. Il s’est glissé avec volupté dans les habits de monarque que lui confèrent  les institutions archaïques de la 5eme république pour asseoir un pouvoir absolu. En grand communicant, il utilise la presse people pour maîtriser le roman de sa vie privée et scénarise toute ses interventions publiques. Avec un art consommé , il jongle avec ces paramètres comme un ordinateur programmé pour réussir. Les Français sont subjugués par ce président  jupitérien que rien n’arrête pour devenir un leader de la gouvernance mondiale. Lors de la visite du président américain du 14 juillet, il n’hésite pas endosser une blouse de psychiatre   pour amadouer Trump dont la santé mentale est problématique. Il a intérêt à réussir sa thérapie, sinon ce grand raout médiatique sous haute surveillance ressemblera aux accords désastreux de Munich  en 1938 .  Le  slogan «  Amerika first »  ne ressemble-t-il pas au sinistre «  Deutschland über alles » ? 

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                           Genève,  le 18 juillet  2017

La menace planétaire sur nos démocraties

Les cyberattaques  se multiplient . Des hackers neutralisent et rançonnent des entreprises , des industries, des administrations et des  hôpitaux. Ils exploitent les mêmes failles de logiciels  que  la NSA  a abondamment utilisées pour nous espionner.  Les  apprentis-sorciers de l’agence de sécurité américaine sont à l’origine de ces fuites. Ils devraient mettre tout en œuvre pour lutter contre cette nouvelle forme de terrorisme. Imaginez  les conséquences des piratages des systèmes de sécurité des centrales nucléaires, des administrations , des services de la santé, des systèmes de signalisation routières, des contrôles aériens ou des états-majors des armées. . Cette menace apocalyptique est infiniment plus dangereuse que la menace terroriste djihadiste. Cependant , face à cette nouvelle menace,  que font nos gouvernements ?  Ils paraissent ne pas avoir pris conscience du danger car ils  ne consacrent que peu de moyens pour nous en protéger. Ont-ils encore les moyens de s’y opposer ? La nouvelle gouvernance mondiale des  GAFA  ( Google, Apple, Facebook  et Amazon) a déja pris le contrôle de nos vies privées. Pourquoi  ces « monstres » ne s’attaqueraient-ils pas à  la sphère publique et à nos administrations ? Si rien n’est entrepris, nos démocraties  et nos civilisations se dilueront  dans l’avancée rampante de ce totalitarisme numérique.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                      Genève,  le 28 juin 2017

 

La jeunesse ne s’indigne plus

Le président américain Trump a défié le monde en refusant de signer les accords de Paris sur le climat. Son cynisme a brisé la solidarité de 195 pays engagés à protéger les générations futures. A ce « bras d’honneur» fait à la planète, quelle a été la réaction de nos jeunes et de nos étudiants ? Rien. Aucune manifestation, aucune révolte, aucune marche de protestation. Cette résignation est décevante. Au siècle précédent, les étudiants se mobilisaient et s’insurgeaient pour défendre leurs idéaux et leur avenir. Aujourd’hui, le culte de la jouissance et des divertissements, la dictature de l’apparence et le consumérisme compulsif étouffent notre jeunesse. Les GAFA ( Google, Apple, Facebook et Amazon) investissent leur cerveaux à tel point qu’ils ne perçoivent plus les enjeux et l’urgence de la situation. Pourquoi ne descendent-ils pas dans la rue pour s’indigner de la prise en otage de leur avenir? Ils sont pourtant capables d’aller à un concert à Manchester pour défendre leur mode vie ( privilégiée) d’une nébuleuse terroriste. Ils ne voient pas le danger de voir leur vie (tout court) et ,surtout, celle des laissés-pour-compte de la mondialisation, bouleversée par les changements climatiques. L’intelligence et le bon sens sont aujourd’hui marginalisés par l’hyper-information formatée et  uniforme, par le cloisonnement sociétal créé par les réseaux sociaux et par l’avènement de l’intelligence artificielle. Mais , celle-ci, sera-t-elle capable d’éviter, en 2100 , à nos petits-enfants de vivre dans des serres climatisées au milieu des océans ?

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                  Genéve, le 12 juin 2017